Jumper - Critique

Publié le par Athal

Dimanche on a été voir Jumper. Notre choix a été fait rapidement pour 2 raisons :
    > l'affiche m'a bien plu
    > c'est le même réalisateur que la mémoire dans la peau.

La bande annonce pour ceux qui ne l'ont pas vu :

Synopsis : Depuis qu'il a découvert qu'il pouvait se téléporter n'importe où sur terre, le monde n'a plus de limite pour David Rice. grâce à son pouvoir, il peut déjeuner en Egypte sur la tête du Sphinx, passer la journée à faire du surf en Australie, dîner à Paris et prendre le dessert au Japon. Les murs ne l'arrêtent plus et aucun coffre de banque ne lui résiste. Libre comme personne, David vit dans l'insouciance la plus totale, jusqu'à ce que...
Alors mon avis est comme souvent mitigé : d'un coté j'ai aimé, mais d'un autre il m'a manqué quelque chose... Je m'explique.

Niveau technique et histoire, c'est pas mal : La téléportation permettant d'aller d'uin point A à un point B via des "couloir de saut" se fait avec des ondes soniques qui pourrissent un peu l'atmosphère autour du Jumper au décollage et à l'aterissage. La guerre Jumper / Paladin est inévitable car un "super héros" sans ennemi ne sert a rien.
Lors de leur  téléportation, les Jumpers peuvent emmener des trucs avec eux... Selon leur puissance, ils peuvent emporter plus ou moins de choses.

Sinon coté "il manque quelque chose" c'est assez large :
    > Pourquoi l'extermination des Jumpers par les paladins : le "seul Dieu devrait etre capable d'etre omniprésent" sonne faux.
    > En parlant des Paladins : quelles sont leurs origines? Comment ont-ils développé des technique pour combattre les Jumper.. Comment devient on Paladin
    > Les Jumpers finnissent toujours par mal tourner... Ok mais montre nous des exemples !!!
    > Le héros qui n'en est pas un du tout : Au début on le voit mater une catastrophe naturel sans bouger le cul alors qu'il aurait pu sauver des vies.
    > Toujours dans la case héros, son "mentor" ne me plait pas du tout. On est habitué a avoir soit un enfoiré qui manipule, soit un mec charismatique qui meurt pour protéger son padawan... Ca fait partie du parcours initiatique du héros.
    > Il manque un cadre a cette guerre Paladin Versus Jumper. Un peu comme dans entretien avec un vampire où arrivé à Paris, Louis découvre qu'il y a une organisation de vampire.

Bref ce film ne m'a pas laissé indifférent mais je reste sur ma fin d'une part parce qu'il casse le mythe du héros (Allez faire un tour ici pour plus de détail) et d'autre part parce que c'est trop facile...Un super héros sans super faiblesse : c'est pas un héros.

Allez je lui mets un 3/5 en esperant une suite pour nous éclairer sur des zones d'ombres omniprésente.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article